Restaurer les berges : Dale et JoAnne Sigurdson sur le rétablissement des zones riveraines

Le long de la rivière Qu’Appelle, au nord-ouest de Regina, les Sigurdson ont mis en place un projet de clôture d’exclusion et restauré une zone riveraine avec ALUS.   

rmx_ALUS_1 (2) copy_sml
Les membres de l’équipe ALUS visitent le projet des Sigurdson près de Lumsden, SK, pendant le Jamboree des Praries en octobre 2022.   

La rivière Qu’Appelle traverse la vallée de la Qu’Appelle au nord-ouest de Regina, en Saskatchewan. S’étendant sur près de 500 kilomètres, cette voie d’eau sinueuse parcourt une grande partie de la province. La Qu’Appelle part du lac Diefenbaker et se jette dans six grands lacs avant de rejoindre la rivière Assiniboine au Manitoba. C’est une rivière très tortueuse, et chaque fois qu’elle prend un virage, les berges changent de forme, inscrivant l’histoire naturelle dans le paysage.  

L’eau qui traverse la vallée est un élément essentiel de ce paysage. Lors d’une journée d’été ensoleillée, souvent vous pouvez voir un troupeau de cerfs mulets le long des rives, avec leurs larges oreilles dressées vers le haut alors qu’ils se penchent pour boire de l’eau. Bien que l’eau en mouvement les dissimule, la rivière abrite de nombreuses espèces de poissons, comme le grand brochet et la perche.  

La propriété des Sigurdon se trouve à l’orée de la vallée de la Qu’Appelle, et leurs terres descendent vers la vallée où coule la rivière. La rivière est entourée de prairies pittoresques et généreuses où ils font paître leur troupeau. Le paysage, le bétail, les collectivités en amont et en aval, tout influence la façon dont les Sigurdon gèrent leurs opérations et dont ils travaillent pour soutenir la résilience de cet environnement unique.  

rmx_ALUS_2 (1) copy_sml
Dale et Joanne Sigurdson se tiennent le long de la rivière Qu’Appelle, qui traverse leur ferme.   

Lorsque les Sigurdson ont acheté leur ranch de 320 acres près de Lumsden, en Saskatchewan, la condition et la productivité de la terre s’étaient amoindries en partie à cause des anciennes pratiques de pâturage. Cela a motivé Dale à chercher des solutions pour améliorer la qualité de l’environnement, sachant à quel point la santé environnementale est importante pour son bétail et sa collectivité.  

«Il s’agit d’une seule et même entité. Pour réussir sur le plan économique, il faut aussi réussir sur le plan environnemental», déclare Dale.  

En 2020, les Sigurdson se sont associés à ALUS WUQWATR pour construire un projet de clôture d’exclusion sur leur ferme. Cela a permis de restaurer la zone riveraine le long de la rivière Qu’Appelle et de mettre en œuvre un modèle de pâturage amélioré pour leur bétail. Par le passé, cette zone de basse altitude dans la vallée était régulièrement inondée au printemps. Les Sigurdson ont tenté d’y cultiver du foin, mais sans grand succès. Cette aire non productive est finalement devenue une “fosse à mauvaises herbes” à laquelle le bétail n’avait pas accès, une véritable perte.  

En 2020, désireux d’en faire plus avec cette parcelle de la vallée, Dale a installé une clôture entourant environ 20 acres, où il a vigoureusement hersé la terre. Cette intervention a stimulé les graines d’herbes indigènes présentes dans le sol et, avec beaucoup de patience, les Sigurdson ont veillé à ce que le fourrage naturel revienne. Une canalisation souterraine partant de la rivière alimente presque tous les pâturages tout au long de l’année. L’inlassable travail des Sigurdson s’est révélé encore plus important ces dernières années, la région ayant connu des périodes de sécheresse considérables.  

  

 «En éloignant le bétail de la rive, l’eau reste beaucoup plus saine et c’est mieux pour eux. Je pense que c’est très important», déclare Dale. 

rmx_ALUS_17 (2) copy_sml

En plus de la nouvelle infrastructure, Dale et Joanne ont également modifié le modèle de rotation des pâturages qu’ils avaient toujours utilisés, réservant désormais une section de pâturage en entier jusqu’à la fin de l’automne. Ils ont aussi réduit le nombre de têtes sur l’exploitation, ce qui a permis d’alléger la pression exercée par le pâturage et de préserver les ressources en eau.

Les bienfaits procurés par les zones riveraines sont innombrables, mais pour Dale, les principaux avantages sont de minimiser l’érosion, de recharger les nappes phréatiques et de filtrer les écoulements de surface. Le projet des Sigurdson illustre bien les possibilités qui peuvent être mises en œuvre en partenariat avec ALUS.   

 

« C’est notre responsabilité. Il y a un avantage à protéger ces zones riveraines. Cela contribue également à la santé générale de notre exploitation. »  

En offrant le support d‘une collectivité, du soutien financier et des conseils techniques, ALUS à permis aux Sigurdson de faire plus sur leurs terres que ce qu’ils auraient pu faire seuls. Leur travail met en évidence l’importance d’une eau saine pour l’agriculture et l’environnement. Le désir d’une bonne gestion de l’eau est intuitif pour la plupart des agriculteurs, mais en se joignant au programme ALUS, les Sigurdson ont eu accès aux ressources dont ils avaient besoin pour prendre soin de l’habitat naturel le long de la magnifique et sinueuse rivière Qu’Appelle.