Le PDG d’ALUS présente devant un comité sur la politique de l’eau douce à la Chambre des communes

Bryan Gilvesy, PDG d’ALUS, a témoigné devant le Comité permanent de l’environnement et du développement durable (ENVI). Il y a démontré la capacité des producteurs agricoles à aider le Canada à gérer et à protéger ses ressources en eau douce.

Les 30 novembre et 12 décembre 2023, M. Gilvesy a été invité à témoigner devant le comité après avoir soumis un mémoire en réponse à la reprise par ENVI de son étude sur la politique de l’eau douce, qui a mis en évidence la façon dont ALUS a fourni l’une des solutions les plus efficaces et les plus évolutives pour la protection de la qualité de l’eau. En effet, depuis près de vingt ans, ALUS  soutient la construction et la restauration d’infrastructures naturelles sur des terres agricoles marginales ou non rentables.

«  Le secteur agricole dépend des ressources en eau douce du Canada et les affecte », déclare M. Gilvesy. «  Le déclin de l’inventaire des actifs naturels du Canada – comme les zones humides et les forêts – a entraîné la disparition de ressources naturelles importantes qui jouent un rôle crucial dans la protection de la qualité de l’eau contre les impacts des activités agricoles. »

En l’absence d’infrastructures naturelles suffisantes, les conséquences sur la qualité de l’eau peuvent être dévastatrices :

  • L’érosion des sols et la sédimentation ont un impact sur la faune et la flore aquatiques et créent un environnement propice à la prolifération d’algues et de pathogènes.
  • Le ruissellement de nutriments, de pesticides, de matières organiques et d’agents pathogènes provenant des effluents d’élevage menacent la vie aquatique et les systèmes d’eau potable.
L’établissement d’infrastructures naturelles sur les terres agricoles joue un rôle crucial dans la protection de la qualité de l’eau. Ces pratiques réduisent la contamination des éléments nutritifs dans les cours d’eau, préviennent la prolifération d’algues nuisibles, réduisent l’érosion des sols et la sédimentation des cours d’eau, ralentissent les écoulements d’eau, augmentent l’absorption et réduisent ainsi les risques d’inondation. Enfin, elles favorisent la recharge des nappes phréatiques, ce qui accroît la sécurité de l’approvisionnement en eau pour les communautés situées en amont et en aval.

Plus spécifiquement, les zones humides restaurées par les agriculteurs aident à gérer le niveau des cours d’eau et à en ralentir le débit. Elles favorisent aussi la recharge des nappes phréatiques en capturant et en absorbant l’excès d’eau. De plus, les zones humides participent à la sécurité alimentaire de deux manières. Premièrement, elles réduisent les effets des intempéries – telles que le vent, la glace et les tempêtes de pluie – sur les terres cultivées. Deuxièmement, elles offrent un habitat propice aux oiseaux, aux pollinisateurs et à d’autres insectes bénéfiques.

L’approche d’ALUS est accessible et efficace. En effet, l’organisation a déjà aidé plus de 1 600 agriculteurs canadiens à mettre en oeuvre plus de 18 000 hectares de solutions nature, dont des milliers d’hectares de zones humides bâties ou restaurées. Les avantages pour l’eau douce produits par ces solutions nature ont été évalués dans quatre bassins versants de l’Ontario. Les recherches ont prouvé les effets positifs des projets ALUS sur la qualité et la quantité de l’eau.

Infrastructures naturelles créées par les agriculteurs et les éleveurs d’ALUS

37,550
acres de zones humides

8,861
acres reboisés d’arbres et arbustes indigènes

Ainsi, avec le soutien de RBC Tech 4 Nature, ALUS a modélisé les résultats obtenus dans quatre bassins hydrographiques (Big Creek, Big Otter Creek, Catfish Creek et Kettle Creek) dans le bassin central du lac Érié en Ontario. L’étude a confirmé l’efficacité des solutions nature dans les exploitations agricoles d’ALUS pour réduire la quantité d’éléments nutritifs dans les cours d’eau qui alimentent le lac Érié. Les plus grands bénéfices proviennent des zones humides bâties ou restaurées.

ALUS a su démontrer que la communauté agricole peut apporter des solutions efficaces aux problèmes de qualité de l’eau douce dans tout le pays. ALUS et son réseau d’agriculteurs sont prêts à intensifier leurs efforts afin d’obtenir des résultats mesurables en matière de qualité de l’eau grâce à des solutions fondées sur la nature sur les terres agricoles marginales, dans l’intérêt de tous les Canadiens.

Ron Toonders cultive la résilience sur le terrain

Ron Toonders cultive la résilience sur le terrain

Des agriculteurs comme Ron Toonders mettent en place des pratiques résilientes qui profitent à la nature et au territoire agricole de l'Ontario.     Cette photo illustre le système racinaire du panic érigé, ou Panicum virgatum. (Cultivé au Land Institute à Salina, au...