En vedette : les frères Maynard de Farmboys Inc.

Deux jeunes agriculteurs prennent la relève de leur grand-père, se joignent à ALUS Î.-P.-É. et suscitent un regain d’intérêt pour la vie à la ferme.

Bryan et Kyle Maynard, deux participants au programme ALUS, sont de jeunes Insulaires dont l’expérience de relève en agriculture, racontée au moyen de photos évocatrices, de vidéos divertissantes et de pages actives dans les médias sociaux, est venue ranimer l’enthousiasme pour l’agriculture dans toute l’Île.

ALUS participants Bryan and Kyle Maynard

Voici les propriétaires de Farmboys! Bryan et Kyle Maynard, deux participants au programme ALUS, sont de jeunes agriculteurs de l’Île-du-Prince-Édouard dont l’expérience de relève en agriculture est venue ranimer l’enthousiasme pour l’agriculture dans toute l’Île. (Photo : Bryan Maynard)

Les frères Maynard ont décidé de participer au programme ALUS parce que, comme l’explique Bryan, « ALUS nous encourage à en faire plus pour l’environnement, et c’est quelque chose de très important pour nous, tant comme agriculteurs qu’Insulaires. »

Les deux jeunes agriculteurs, maintenant connus sous le nom de Farmboys, ont grandi dans la ferme familiale à Arlington, dans l’ouest de l’Île‑du‑Prince‑Édouard. Bryan s’est remis à l’agriculture peu après ses études, tandis que Kyle entreprenait une carrière dans une entreprise locale d’aérospatiale. Dix ans plus tard, ils ont eu l’occasion d’acheter une part d’Arlington Farms à leur grand-père, Allison Dennis, et les deux frères se sont associés pour créer Farmboys Inc.

Ils ont choisi le nom de l’entreprise en hommage à leur père, décédé en 1993, qui aurait été fier que ses deux fils reprennent la ferme et la gardent dans la famille. Les enfants de Bryan et de Kyle représentent maintenant la cinquième génération sur la terre familiale.

Créée en 2015, Farmboys Inc. n’a pas tardé à se faire remarquer dans les milieux de l’agriculture de l’ouest de la province. Au moyen d’entrevues et de vidéos, de photos, des médias sociaux, et de leurs deux sites Web (www.farmboyspei.com et www.farmyardphotos.com), ils présentent leur parcours personnel : en plus de s’être lancés dans la culture de la pomme de terre de semence et de transformation et d’une variété de légumineuses et de céréales, ils continuent de réduire l’empreinte écologique de la ferme.

Dans le cadre de l’aménagement de leur territoire agricole, les frères Maynard ont inscrit 80 acres au programme ALUS Î.-P.-É. et mis en œuvre de nombreux projets ALUS de manière à réduire l’érosion du sol. En empêchant la fine terre arable rouge de la ferme de se retrouver dans les ruisseaux et les rivières, ils protègent la pureté de l’eau en aval.

 

Downstream

Dans le but d’empêcher la fine terre arable rouge de se retrouver dans les ruisseaux et les rivières, les projets ALUS tentent de protèger la pureté de l’eau en aval, comme on le voit ici sur la photo de la rivière Trout, un petit ruisseau qui se trouve dans la localité de Tyne Valley. (Photo : Shawn Hill)

Par exemple, ils ont créé des cours d’eau bordés de prairies permanentes, un type de projet ALUS très efficace pour réduire l’érosion du sol. Le processus consiste à aménager une bande de terre en herbe dans le bas d’un champ de culture de manière à ce que l’eau s’écoule vers les secteurs de faible élévation pour protéger les cours d’eau avoisinants.

Ils ont aussi délimité une zone « sans labour » autour du périmètre des champs, en particulier ceux situés à proximité des cours d’eau ou vulnérables à l’érosion, en allant bien au-delà de la zone tampon réglementaire de 15 mètres imposée par la province pour ce type de terrain (voir les photos).

Bryan et Kyle sont tout aussi heureux de pouvoir perpétuer la tradition familiale de pratique agricole que de participer au programme ALUS.

« Aucune autre province du Canada n’a une réglementation aussi stricte en matière d’environnement que l’Île‑du‑Prince‑Édouard, mais il n’est pas possible de tout réglementer dans le paysage de travail, signale Bryan. Le programme ALUS permet aux agriculteurs de prendre plus de responsabilités et de cesser volontairement l’exploitation des aires marginales ou vulnérables pour ainsi se concentrer davantage sur la culture des terres agricoles de grande qualité. »

 

No-till zone

Dans le cadre de l’aménagement de leur territoire agricole, les frères Maynard ont inscrit 80 acres au programme ALUS Î.-P.-É. et mis en œuvre de nombreux projets ALUS de manière à réduire l’érosion du sol. Par exemple, voici une zone « sans labour » autour du périmètre d’un champ. Avec ce projet ALUS, ils vont bien au-delà de la zone tampon réglementaire de 15 mètres imposée par la province pour les zones vulnérables à l’érosion. (Photo : Shawn Hill)

Partagez cette page

Offrir l’environnement en cadeau sous le sapin de Noël

Offrir l’environnement en cadeau sous le sapin de Noël

Les pratiques d’intendance de Catie et Gene dans leur ferme d’arbres de Noël font plus que réchauffer le cœur. Elles ont des effets tangibles sur l’environnement et la faune locale.  Peu d’endroits au Canada offrent une atmosphère festive toute l’année, mais la ferme...

Duane Movald reçoit le prix Dave Reid 2021 d’ALUS

Duane Movald reçoit le prix Dave Reid 2021 d’ALUS

Félicitations à Duane Movald, participant d'ALUS Brazeau et président de son comité consultatif de partenariat, qui a reçu le prix Dave Reid 2021 d'un montant de 10 000 $. Christine Campbell, chef divisionnaire principale, Ouest chez ALUS, remet à Duane le prix Dave...

Hope Jensen: Construire un paradis grâce à l’agriculture durable

Hope Jensen: Construire un paradis grâce à l’agriculture durable

La ferme champêtre de Hope Jensen, en Alberta, est plus qu’un simple refuge isolé. C’est un engagement envers l’agriculture durable et la protection de la faune. C’est au nord-ouest d’Eckville que Hope se construit depuis 2006 un petit coin de paradis en misant sur...