ALUS reçoit un financement en Ontario pour des terres humides réalisées par les agriculteurs

Les agriculteurs jouent un rôle clé dans la prévention des inondations et dans l’amélioration de la qualité de l’eau en Ontario.

Wetland Aerial Landscape 03_WEB
Un projet de restauration d’un milieu humide en cours de construction dans le comté de Middlesex. Crédit photo: ALUS Middlesex 

Aujourd’hui, Andrea Khanjin, la ministre ontarienne de l’Environnement, de la Protection de la nature et des Parcs, a annoncé un financement de 2,8 millions de dollars dans le cadre du Programme de partenariat pour la protection des terres humides. Grâce à ce financement, ALUS soutiendra les collectivités agricoles qui travaillent à la restauration et à l’amélioration des milieux humides sur les terres agricoles dans le bassin des Grands Lacs, ainsi que dans les bassins versants du fleuve Saint-Laurent et de la rivière des Outaouais.

Ce financement servira à restaurer et à améliorer environ 208 acres de terres humides dans les collectivités ALUS. En 2023, les agriculteurs participant au programme ALUS ont ajouté 284 acres de milieux humides et de projets riverains liés aux terres humides.

« Les milieux humides comptent parmi les écosystèmes les plus productifs au monde parce qu’ils constituent un puissant puits de carbone et parce qu’ils abritent une grande variété d’espèces sauvages. Ils peuvent aider à filtrer l’eau qui pénètre dans les lacs et les rivières et peuvent aussi être un outil de gestion des inondations », déclare Andrea Khanjin, ministre de l’Environnement, de la Protection de la nature et des Parcs de l’Ontario. « Notre gouvernement est fier de travailler avec des leaders reconnus en conservation comme ALUS ainsi que les agriculteurs de l’Ontario afin de soutenir les collectivités agricoles locales et l’environnement. » 

Les producteurs agricoles qui participent à ALUS sont des fournisseurs de solutions qui mettent à profit leur compréhension du paysage et de la nature pour apporter des solutions aux défis environnementaux locaux, tout en renforçant la résilience de leurs collectivités et de l’économie. Les participants ALUS forment un réseau de producteurs qui collaborent pour ajouter de la valeur aux collectivités rurales, en produisant non seulement des aliments et des fibres, mais aussi des services écosystémiques.  

L’impact des projets environnementaux mis en œuvre par les agriculteurs est cumulatif, c’est-à-dire que les bienfaits écologiques s’accumulent au fil du temps. Le financement du ministère renforce les retombées positives à long terme des projets relatifs aux milieux humides dans les collectivités et les économies rurales.  

« Les agriculteurs contribuent à la résilience environnementale et économique de leurs collectivités en collaborant avec ALUS », dit Alyssa Cousineau, chef divisionnaire principale pour la région des Grands Lacs chez ALUS. « Le soutien de la ministre Khanjin envers ALUS et les collectivités rurales de l’Ontario est inestimable. Ce financement permet aux agriculteurs de poursuivre des projets environnementaux vitaux qui contribuent à assurer la qualité et la quantité de l’eau disponible pour les collectivités de l’Ontario. » 

 

Carl Atkinson on his farm with a wetland in the background.
Les collectivités ALUS de l’Ontario touchent à certaines des voies navigables les plus importantes de la province sur le plan environnemental et économique.

Les Grands Lacs, le Saint-Laurent, la rivière des Outaouais et leurs bassins versants sont essentiels pour les économies locales et régionales. La santé de ces cours d’eau a un impact direct sur la santé des collectivités qui en dépendent pour leur bien-être. Les milieux humides aident à capter les eaux de ruissellement des exploitations agricoles, améliorant ainsi la qualité de l’eau localement et en aval, ce qui est bénéfique pour l’approvisionnement en eau des municipalités et pour l’habitat aquatique.  

Les milieux humides fournissent des services essentiels à l’économie et aux collectivités de l’Ontario, en plus de générer une valeur économique substantielle. Les services fournis par les milieux humides comprennent la filtration de l’eau, la séquestration du carbone et l’atténuation des sécheresses et des inondations. Une étude de l’Université de Waterloo a calculé que la valeur des services de filtration fournis par les zones humides du sud de l’Ontario s’élevait à plus de 4 milliards de dollars. 

À propos d’ALUS

ALUS imagine un avenir où tous les producteurs agricoles produisent des services écosystémiques à partir de solutions fondées sur la nature, en plus d’aliments et de fibres, afin de contribuer à résoudre les crises de la perte de biodiversité et des changements climatiques. Grâce à son programme clés en main dirigé par les collectivités et mis en œuvre par les agriculteurs, ALUS soutient plus de 360 dirigeants communautaires dans 39 collectivités ALUS afin d’aider plus de 1700 producteurs agricoles à construire et à gérer activement plus de 52 000 acres de projets fondés sur la nature. Ces projets, tels que les zones humides, les prairies et les plantations d’arbres et d’arbustes, contribuent à capturer le carbone, à maintenir la propreté des lacs, des rivières et des ruisseaux, à fournir de la nourriture et des abris à la faune et à la flore, et à mieux préparer les collectivités aux événements climatiques extrêmes tels que les inondations et les sécheresses.

ALUS aide également les entreprises, les gouvernements et les organisations à investir dans de nouveaux acres de nature créés sur des terres agricoles afin de générer des retombées positives sur le plan environnemental, économique et social dans les collectivités où ils opèrent et ce, un hectare à la fois.