Jim Caley: Aurevoir, érosion du sol, bienvenue, sols fertiles!

Grâce à ALUS, Jim Caley a transformé des hectares de sol sablonneux peu productif en un écosystème arboricole florissant

Jim Caley

Jim Caley sur sa ferme, Caley’s Grain, près de Port Elgin, en Ontario.

Comme de nombreux participants ALUS, Jim est un producteur de céréales et d’oléagineux. Son entreprise, Caley’s Grain, est située au sud-est de Port Elgin, en Ontario, où il produit du maïs, du soja et du blé pour le marché sur plus de 3 200 acres de terre.

En 1959, le père de Jim a commencé à produire du tabac sur ces terres, une culture idéale pour le sol sablonneux. L’évolution des marchés a poussé de nombreux producteurs de tabac à se tourner vers d’autres cultures. Pour Caley’s Grain, le sol sablonneux, idéal pour le tabac, mais moins adapté à leurs produits actuels, constituait un défi.

« Instinctivement, nous savions qu’il y avait des zones sablonneuses faibles et que nous perdions probablement nos intrants », a déclaré Jim au sujet de la lutte pour maintenir la productivité des terres sablonneuses, sujettes à l’érosion. « Puis, avec les cartes de rendement des dix dernières années environ, nous avons reconnu qu’il y avait définitivement des zones faibles, improductives. »

Les sols marginaux improductifs grèvent le temps, l’énergie et les ressources des producteurs. Après avoir évalué les cartes de rendement, Jim a pris sa décision : « Faisons le truc des arbres. »

Tree planting

Conifères indigènes sur l’un des deux projets ALUS de Jim, avec une culture de maïs en arrière-plan.

Jim a adopté le programme ALUS avec prudence : « J’ai fait mes recherches sur internet, et mon voisin a parlé en bien du programme, alors je me suis engagé de cette façon. »

En 2017, Jim a donc rejoint le programme ALUS Grey-Bruce.

« Ça s’est très bien passé, en fait », a-t-il déclaré. « Nous essayons de rester au courant de tous les programmes qui sont à notre disposition, et celui-ci était si facile. Une demande et c’est parti, et cela a été très bénéfique. Nous allons donc continuer à l’étudier. »

Lorsqu’on lui demande en quoi le programme a été utile, Jim est catégorique : « L’érosion des sols – énorme ! Pour moi, l’érosion des sols est la chose la plus importante », a déclaré Jim.  L’ajout du projet de plantation d’arbres d’ALUS à la terre a été à la fois simple et transformateur.

« Il n’y a plus d’érosion du sol », dit Jim. Et lorsque l’érosion disparait, le sol lui, s’accroche.

Tree planting and natural undergrowth

Des rangées de conifères indigènes sur le terrain de Jim parmi le sous-bois naturel.

Ron Toonders cultive la résilience sur le terrain

Ron Toonders cultive la résilience sur le terrain

Des agriculteurs comme Ron Toonders mettent en place des pratiques résilientes qui profitent à la nature et au territoire agricole de l'Ontario.     Cette photo illustre le système racinaire du panic érigé, ou Panicum virgatum. (Cultivé au Land Institute à Salina, au...

Currie McIntosh et le bonheur de créer des habitats à Haywood Farms

Currie McIntosh et le bonheur de créer des habitats à Haywood Farms

La famille McIntosh promeut la biodiversité à travers des projets environnementaux sur sa ferme en Ontario.   Currie McIntosh devant le projet de bassin de rétention des eaux pluviales qu'il a construit avec ALUS en 2020.   À l'automne 2023, des producteurs agricoles...