Favoriser les espèces en péril en milieu agricole

ALUS, la Fédération de l’UPA de la Montérégie et la Fédération de l’UPA Outaouais-Laurentides lancent conjointement de précieuses ressources en ligne pour soutenir la conservation des espèces en péril sur les terres agricoles du Québec.   

Carl Atkinson on his farm with a wetland in the background.
Image d’un goglu des prés. En permettant aux herbes indigènes de pousser plus tard dans la saison, on fournit un habitat aux espèces en péril et à d’autres espèces sauvages. 

TORONTO, ON, April 27th, 2024 — ALUS a créé des outils de communication et de sensibilisation pour encourager les pratiques agricoles qui soutiennent les espèces en péril au Québec avec le soutien financier d’Environnement et Changement climatique Canada. ALUS et ses partenaires ont produit des ressources bilingues, dont des guides et des fiches sur les espèces en péril, une vidéo sur la fauche retardée et un guide interactif, le tout accessible sur le site web d’ALUS, de même que sur les sites des Fédérations régionales de l’UPA. Ces nouveaux outils aideront les producteurs agricoles et les collectivités rurales à reconnaître les espèces en péril dans leur région et à identifier des pratiques durables pour les soutenir. 

Les outils portent sur 15 espèces en situation précaire au Canada inscrites à l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril, pouvant être associées aux milieux agricoles des collectivités ALUS de la Montérégie et de l’Outaouais. Elles comprennent des oiseaux champêtres tels que l’hirondelle rustique, le goglu des prés et la sturnelle des prés, des insectes pollinisateurs tels que le bourdon à tache rousse et le monarque, ainsi que des amphibiens et reptiles tels que la rainette faux-grillon de l’Ouest, la tortue des bois et la couleuvre tachetée. 

Grâce au nouveau guide interactif virtuel et aux fiches d’information qui l’accompagnent, les utilisateurs peuvent explorer différents habitats typiques des milieux agricoles, tels que les forêts, les champs, les cours d’eau, les bandes pollinisatrices et les bâtiments, ainsi que 15 espèces différentes susceptibles de se trouver dans ces habitats. Les utilisateurs sont à même de découvrir les différentes fonctions et les services écosystémiques fournis par ces espèces, de même que leur identification ainsi que leur alimentation. Ils ont aussi la possibilité d’en apprendre davantage sur les méthodes de conservation et de protection de leur habitat. 

Enfin, dans la vidéo produite dans le cadre de ce projet, un agriculteur participant à ALUS partage son histoire sur l’introduction de pratiques de fauche retardée sur une parcelle de terre. Il s’agit d’une pratique qui soutient le Goglu des prés, une espèce en péril qui niche dans les champs et les prairies. ALUS et l’UPA partagent la même volonté de favoriser un avenir durable pour l’agriculture et la biodiversité. Avec le soutien des deux fédérations régionales, les participants ALUS créent des habitats vitaux pour des espèces clés et contribuent à résoudre le problème urgent de la perte de biodiversité. Ces outils nouvellement créés dotent donc les producteurs agricoles du Québec de connaissances nécessaires pour s’engager activement dans l’intendance environnementale des espèces en péril. 

Carl Atkinson on his farm with a wetland in the background.
Projet de fauche retardée dans la collectivité d’ALUS Montérégie.
En implantant sur leur ferme des solutions fondées sur la nature, telles que la création de larges bandes riveraines élargies, la fauche retardée, la préservation des vieux bâtiments et la restauration des habitats de nidification, les producteurs agricoles du Québec et d’ailleurs peuvent avoir un impact significatif sur la biodiversité. 

En retour, la biodiversité peut être bénéfique aux agriculteurs de différentes manières. Certaines espèces se nourrissent de végétation indésirable alors que d’autres s’attaquent aux insectes et à d’autres espèces nuisibles aux cultures. Les projets de restauration mis en œuvre par les participants ALUS peuvent jouer un rôle essentiel dans le soutien des pollinisateurs indispensables à la plupart des exploitations agricoles. La compréhension et l’identification des différentes espèces en péril peut être bénéfique pour les agriculteurs et peut aider les collectivités à identifier des écosystèmes sains. Les espèces en péril doivent être protégées pour éviter le déclin des populations et, à terme, leur extinction. Il est impératif de travailler en collaboration pour protéger les espèces, les habitats et l’ensemble du paysage qui les abrite afin de garantir la survie de ces espèces pour les générations à venir.  

Carl Atkinson on his farm with a wetland in the background.
Projet de bande riveraine dans la collectivité d’ALUS Montérégie.

À propos d’ALUS  

ALUS est une organisation caritative qui aspire à un avenir où tous les agriculteurs produisent des services écosystémiques et contribuent à résoudre les crises du climat et de la biodiversité. Grâce à son programme clés en main réalisé par les producteurs agricoles et piloté par les collectivités, ALUS travaille en collaboration avec 360 leaders communautaires dans 39 collectivités pour soutenir près de 1 800 producteurs agricoles qui créent et entretiennent 21 300 hectares de projets écologiques. Ces projets, tels que des bandes riveraines, des prairies indigènes et la plantation d’arbres et d’arbustes, aident à capturer le carbone, à maintenir la santé des lacs, des rivières et des ruisseaux, à fournir de la nourriture et des abris aux animaux, et à mieux préparer les collectivités aux phénomènes météorologiques extrêmes tels que les inondations et les sécheresses.      

ALUS propose aux gouvernements, aux entreprises et aux fondations philanthropiques d’investir dans ces solutions climatiques fondées sur la nature sur les terres agricoles afin de générer des retombées positives sur le plan environnemental, économique et social dans leurs collectivités, un hectare à la fois. 

Ron Toonders cultive la résilience sur le terrain

Ron Toonders cultive la résilience sur le terrain

Des agriculteurs comme Ron Toonders mettent en place des pratiques résilientes qui profitent à la nature et au territoire agricole de l'Ontario.     Cette photo illustre le système racinaire du panic érigé, ou Panicum virgatum. (Cultivé au Land Institute à Salina, au...

Currie McIntosh et le bonheur de créer des habitats à Haywood Farms

Currie McIntosh et le bonheur de créer des habitats à Haywood Farms

La famille McIntosh promeut la biodiversité à travers des projets environnementaux sur sa ferme en Ontario.   Currie McIntosh devant le projet de bassin de rétention des eaux pluviales qu'il a construit avec ALUS en 2020.   À l'automne 2023, des producteurs agricoles...