ALUS reçoit plus de 500 000 $ pour l’habitat des espèces en péril en Ontario

Le ministre David Piccini annonce un nouveau financement pour ALUS dans le cadre du Programme d’intendance des espèces en péril.

 

Cet étang de la ferme familiale Crump contribue à améliorer la qualité de l’eau en la retenant, en la ralentissant et en la filtrant, ce qui profite aux espèces menacées de la rivière Sydenham. Crédit photo : Huff Media. 

 

London, ON – 19 septembre 2023 

Lors d’une visite dans le comté de Middlesex, le ministre de l’Environnement, de la Conservation et des Parcs, David Piccini, a annoncé un nouveau financement de 561 000 $ pour ALUS afin de soutenir l’habitat des espèces en péril en Ontario par le biais du Programme d’intendance des espèces en péril (PIEP). 

Ce financement aide les agricultrices et agriculteurs de l’Ontario à créer et à gérer des habitats sous forme de prairies, de zones humides et autres écosystèmes au cœur des terres agricoles. Ces infrastructures naturelles constituent un habitat essentiel pour les espèces en péril. 

« Chaque jour, des organisations locales et communautaires de tout l’Ontario démontrent leur engagement à protéger et à rétablir les plantes, les insectes, les animaux et leurs habitats », déclare le ministre Piccini. « Notre gouvernement est fier de s’associer à des organisations locales à travers la province, comme ALUS Canada, et d’ainsi avoir un impact concret. Les projets de 2023-24 s’inscrivent dans la continuité du bilan de l’Ontario en matière de gestion environnementale et de préservation de la riche biodiversité de notre province pour les générations futures. »  

Lors de l’annonce, le ministre Piccini était accompagné de Bryan Gilvesy, PDG d’ALUS, de Monte McNaughton, député provincial de Lambton-Kent-Middlesex, d’Aina Deviet, maire de Middlesex Centre, de Chris et Vivian Crump, agriculteurs et participants d’ALUS, de Joe Dickenson, directeur des Producteurs de bœuf de l’Ontario, de Thomas Brandstetter, directeur des politiques pour les Producteurs de bœuf de l’Ontario, de Peggy Brekveld, présidente de la Fédération de l’agriculture de l’Ontario, de Cathy Lennon, directrice générale de la Fédération de l’agriculture de l’Ontario et de Blair Williamson, de Ridgeview Cattle Co. 

 

En arrière, de gauche à droite : Peter Moddle, directeur de programme, ALUS Middlesex ; Steve Bradish, président, comité consultatif du partenariat ALUS Middlesex ; Alyssa Cousineau, Chef divisionnaire, Grands Lacs, ALUS ; Christopher Crump, propriétaire et opérateur de la ferme familiale Crump, participant d’ALUS ; Bryan Gilvesy, PDG, ALUS ; David Piccini, ministre de l’Environnement, de la Conservation et des Parcs de l’Ontario ; Monte McNaughton, député provincial de Lambton-Kent-Middlesex ; Stephanie Cullen, coordonnatrice de programme, ALUS Elgin.
Devant, de gauche à droite : Rebecca Pearce-Cameron, Chef divisionnaire adjointe (est), ALUS ; Kevin Nielsen, Recherche et surveillance, ALUS Middlesex ;Graham Moddle, Spécialiste du suivi des projets, ALUS Middlesex.

 

L’annonce a été l’occasion de souligner l’importance de la mise en place de réseaux visant à soutenir les agricultrices et agriculteurs afin de garantir la santé et la résilience de l’environnement. 

« ALUS est une organisation basée sur un programme conçu par des agriculteurs visant à offrir des solutions environnementales. Notre travail essentiel est rendu possible grâce à un large éventail de bailleurs de fonds privés et publics », déclare M. Gilvesy. « Plus de 800 agriculteurs de l’Ontario élaborent des solutions nature avec ALUS. Ce sont des propriétaires ruraux qui travaillent dur, des gens qui s’engagent à trouver des solutions aux problèmes environnementaux et écologiques de nos collectivités. » 

Des producteurs des quatre coins de l’Ontario collaborent avec ALUS pour créer des solutions fondées sur la nature qui répondent aux problèmes environnementaux de notre époque, des solutions qui leur procurent également des ressources utiles pour répondre à leurs propres besoins opérationnels. 

« Lorsque nous avons emménagé dans notre ferme en 2000, le terrain était inondé lors des pluies et des tempêtes, entraînant la terre et le fumier directement dans les eaux d’amont de la rivière Sydenham », explique Chris Crump, participant d’ALUS Middlesex. « En travaillant avec ALUS et d’autres partenaires locaux, nous avons pu créer un ensemble de zones humides, de dérivations d’eau propre et de zones boisées afin d’atténuer l’érosion du sol, de nettoyer l’eau qui pénètre dans la rivière et de fournir un habitat aux espèces en péril de notre communauté. » 

En savoir plus sur la ferme familiale Crump et leur projet ALUS 

 

Le travail des Crump pour améliorer la qualité de l’eau de la rivière Sydenham a un impact direct sur l’habitat essentiel en aval, notamment dans le lac Huron, la rivière Sainte-Claire et le nord-est du lac Sainte-Claire. Plus de vingt espèces sont menacées dans la rivière Sydenham, dont la tortue-molle à épines de l’Est, ainsi que de nombreuses espèces de moules et de poissons. 

Les agriculteurs comme les Crump sont les piliers des communautés rurales et les gardiens naturels de la terre et de l’eau. Ce financement du ministère de l’Environnement, de la conservation et des parcs démontre l’importance du modèle ALUS : soutenir les agricultrices et agriculteurs pour préserver l’agriculture, la faune et les espaces naturels pour les collectivités et les générations futures. 

Paul Caplette, un gardien de l’environnement en Montérégie

Paul Caplette, un gardien de l’environnement en Montérégie

Paul Caplette, récipiendaire du prix Dave Reid 2022, et son frère Pierre sont propriétaires de la ferme Céréales Bellevue, une exploitation de grandes cultures en Montérégie. Les deux frères ont mis en place leurs premiers projets ALUS en 2018. À ces haies brise-vent...