Aldyen Donnelly et la création de marchés du carbone pour les solutions ESG

Aldyen Donnelly et la création de marchés du carbone pour les solutions ESG

Un entretien avec Aldyen Donnelly dans le cadre d’une série qui démontre les retombées positives des investissements dans des solutions fondées sur la nature. L‘environnement, la société et l’économie en bénéficient, créant ainsi un avenir meilleur pour tous.

Spécialiste du carbone, Aldyen Donnelly s’est jointe à ALUS et à Projet New Acre en 2022 à titre de chef des marchés du carbone, afin d’étendre les stratégies du marché du carbone aux producteurs et productrices agricoles du Canada. Aldyen travaille à la création d’un système robuste de comptabilisation du carbone et des services écosystémiques pour ALUS, en plus de collaborer au développement d’un crédit écologique groupé pour Projet New Acre. Elle est cofondatrice et ancienne directrice de l’économie du carbone chez Nori, un marché consacré à l’élimination du carbone lancé en 2018. Aldyen possède 40 ans d’expérience dans l’élaboration de stratégies axées sur les marchés pour réduire les concentrations de carbone dans l’atmosphère.

Aldyen Donnelly

Aldyen Donnelly

Le carbone en agriculture

Les agricultrices  et agriculteurs sont essentiels pour permettre au Canada d’atteindre ses objectifs en matière de carbone grâce à des solutions fondées sur la nature. C’est pourquoi les stratégies qui récompensent les propriétaires fonciers et offrent aux grandes entreprises des réductions significatives de carbone constituent un outil de marché de premier plan pour atténuer le changement climatique et accroître la résilience en cette matière.

« Il est primordial que les agriculteurs participent à l’élaboration de solutions », affirme Aldyen Donnelly, chef des marchés du carbone pour ALUS et Projet New Acre. « La création de nouveaux marchés permet de récompenser les agriculteurs pour les efforts qu’ils déploient à titre de gardiens de la terre parce qu’ils sont appelés à fournir des solutions et à mettre à profit leur savoir, leur énergie, leurs compétences et leur créativité pour exploiter le potentiel de leurs terres. »

Compte tenu de l’immensité du territoire canadien et du rôle central que joue l’agriculture dans l’utilisation des terres et l’économie, les producteurs agricoles ont un rôle considérable à jouer. Il est nécessaire de récompenser l’adoption de méthodes de gestion des terres qui éliminent le carbone de l’atmosphère et le stockent en profondeur dans les sols et la biomasse. Le secteur agricole peut devenir un puissant régulateur du changement climatique. Il constitue la seule source sectorielle d’émissions ayant le potentiel de devenir un puits de carbone.

Mesures de marché

Devant l’intérêt croissant du marché pour les stratégies de réduction des émissions, on observe un besoin accru pour un système d’octroi de crédits carbone afin de communiquer et mesurer les émissions réelles.

« L’octroi de crédits carbone et la quantification sont de plus en plus faciles et efficaces, ce qui offre la possibilité de générer de nouveaux revenus. C’est une chose essentielle que les entreprises doivent commencer à faire, parce que les émissions seront une source de coûts ingérables qui pourraient menacer la survie d’une entreprise », déclare Aldyen.

La Tonne New Acre, qu’Aldyen travaille à créer, représente l’extraction d’une tonne de carbone de l’atmosphère. Cette tonne de carbone sera ensuite conservée dans un réservoir terrestre au nom de l’acheteur pour une durée minimale de 10 ans.

Les entreprises décidées à atteindre leurs objectifs ESG ou à réduire les émissions de carbone dans leur chaîne de valeur trouveront dans le marché volontaire de Projet New Acre une occasion de définir l’avenir du développement durable. En achetant la Tonne New Acre, les grandes entreprises seront en avance sur les réglementations et pourront créer, avec les producteurs agricoles, un marché collaboratif qui produira des retombées avantageuses pour l’environnement et pour leurs résultats financiers mutuels.

Les crédits carbone achetés via Projet New Acre s’inscrivent dans un marché libre destiné aux entreprises qui souhaitent réduire leurs émissions de carbone pour améliorer leur rendement en matière d’ESG. Un marché libre comporte moins de contraintes qu’un marché réglementé et peut servir de banc d’essai pour les nouvelles technologies et méthodologies grâce à un financement plus souple. C’est en tenant compte à la fois des besoins des agriculteurs et de ceux des acheteurs que la Tonne New Acre est développée.

En vertu de ce nouveau modèle, les agriculteurs canadiens peuvent vendre des crédits carbone à de grandes entreprises par l’entremise de Projet New Acre sur la base d’une entente de 10 ans. Il s’agit là d’un élément fondamental pour développer un marché pour les solutions climatiques.

« Si nous parvenons à accélérer le rythme, la mise en place de ce type d’entente permettra, au bout du compte, de financer les investissements de façon efficace et d’inciter les agriculteurs à séquestrer davantage. »

 

Créer le changement, générer de la valeur

Il s’agit d’une approche qu’Aldyen a commencé à formuler dans les années 1990, alors qu’elle participait à la création d’un groupe d’acheteurs de crédits de réduction d’émissions (CRE). Par la suite, elle a dirigé l’élaboration et l’exécution du premier grand contrat d’achat à terme de CRE au monde avec sept des plus grands émetteurs de gaz à effet de serre du Canada pour financer la séquestration du carbone dans les sols agricoles. Elle a aussi piloté le premier projet de captage et de stockage du carbone financé par les ventes de CRE.

Par l’entremise d’ALUS, Aldyen vise à proposer cette approche aux producteurs agricoles, en leur présentant de nouvelles possibilités commerciales visant à rétribuer les propriétaires fonciers et tout en offrant aux entreprises des crédits carbone responsables à long terme et de manière durable. Pour Aldyen, l’adhésion des agriculteurs est essentielle au succès de ce volet des marchés du carbone.

« Pour autant que je sache, ALUS est la seule organisation au monde qui soit véritablement orientée vers les agriculteurs. Elle a la capacité de garantir que les retombées économiques parviennent aux propriétaires fonciers, qui sont ceux qui effectuent le travail. ALUS peut compter sur l’expertise de son équipe et sur la volonté et le savoir des agriculteurs pour livrer des résultats tangibles aux entreprises », dit-elle.

Les producteurs agricoles sont au cœur de la construction d’un réseau à grande échelle de solutions fondées sur la nature, et ALUS les aide à y parvenir. Projet New Acre s’appuie sur ce travail pour mettre en marché le carbone capturé et stocké par les agriculteurs. Cela entraîne une multitude de bienfaits pour les producteurs agricoles eux-mêmes, ainsi que pour les collectivités rurales et l’environnement, tout en procurant des outils économiques essentiels pour lutter contre le changement climatique et la perte de biodiversité.

Depuis des années, les agriculteurs canadiens travaillent avec ALUS et Projet New Acre pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et soutenir la biodiversité grâce à des solutions fondées sur la nature sur des terres agricoles marginales et non rentables. La portée de leur travail ne cesse de s’étendre et d’atteindre un plus grand nombre de propriétaires fonciers afin de bâtir un avenir plus sain et plus résilient pour tous.

Notre Impact

SDGs

Contribuer aux objectifs de développement durable

Biodiversité

Accroît la présence d’insectes, de pollinisateurs, d’oiseaux et offre un habitat pour la faune.

Changement climatique

Séquestre le carbone dans le sol pour contrer le changement climatique.

Paul Caplette, un gardien de l’environnement en Montérégie

Paul Caplette, un gardien de l’environnement en Montérégie

Paul Caplette, récipiendaire du prix Dave Reid 2022, et son frère Pierre sont propriétaires de la ferme Céréales Bellevue, une exploitation de grandes cultures en Montérégie. Les deux frères ont mis en place leurs premiers projets ALUS en 2018. À ces haies brise-vent...