Aider les cultivateurs à exercer une saine intendance de l’eau

Une action collaborative menée à l’échelle de la chaîne d’approvisionnement réunit des partenaires dans le cadre d’un projet pilote d’intendance de l’eau au profit du lac Winnipeg

Les intervenants discutent du projet pilote lors d’une réunion à Winnipeg, le 29 juin. De gauche à droite : Lara Ellis, alors première vice-présidente, Politique et partenariat, ALUS; Will Bailey-Elkin, chef de projet, Programme du bassin du lac Winnipeg, ALUS; Mike Nemeth, conseiller principal, Agriculture durable et environnement, Nutrien et Brandy Wilson, directrice mondiale du développement durable, J.R. SimplotCompany. 
 

À l’été 2022, ALUS et ses partenaires se sont réunis pour définir les paramètres du programme du bassin du lac Winnipeg, un projet pilote qui vise à vérifier la faisabilité d’une norme d’intendance de l’eau dans le bassin du lac Winnipeg. 

Le projet pilote vise à évaluer les avantages quantitatifs et qualitatifs de diverses interventions en intendance de l’eau chez quatre producteurs de pommes de terre du bassin du lac Winnipeg. Ces quatre fermes alternent la culture des pommes de terre avec d’autres cultures, comme les céréales et les oléagineux.  

Les participants au projet se sont engagés dans un processus de collaboration afin d’obtenir des résultats reproductibles, efficaces et rentables pour les intervenants du bassin du lac Winnipeg. 

Ce projet pilote est issu d’un partenariat entre The Water Council, Nutrien, BASF, General Mills, J.R. Simplot Company et ALUS. 

« Il s’agit d’un projet unique au monde », a déclaré Matt Howard, vice-président de l’intendance de l’eau, The Water Council. « Ce projet pilote aidera les producteurs et les partenaires à mieux comprendre quelles mesures produisent de bons résultats en matière d’intendance de l’eau sur la ferme.Les résultats seront aussi profitables à long terme pour le bassin versant du lac Winnipeg et ses collectivités environnantes. » 

Un tel projet n’est réalisable que si des cultivateurs et des éleveurs s’engagent à mettre en œuvre des projets d’intendance de l’eau sur leur propriété. Les producteurs participant au programme élaboreront des plans d’intendance de l’eau avec l’aide des partenaires du projet. Ces plans permettront d’assurer un suivi des effets de leurs pratiques d’intendance de l’eau au fil du temps et d’accroître la résilience de leur exploitation agricole face aux changements en matière de disponibilité de l’eau. En outre, ces participants fourniront des renseignements précieux qui serviront de base pour appliquer ces mesures en matière d’intendance de l’eau à la chaîne d’approvisionnement des producteurs agricoles. 

Les intervenants discutent des enjeux des ressources en eau dans le bassin du lac Winnipeg.

« L’échange d’information entre les cultivateurs, de même que les connaissances qu’ils apportent à notre projet pilote ont une valeur inestimable », a affirmé Mike Nemeth, conseiller principal, Agriculture durable et environnement chez Nutrien. « Selon leur expertise de gestion sur le terrain, les cultivateurs et les éleveurs participants veilleront à ce que les plans, les mesures et les résultats de ce projet soient établis dans l’intérêt des producteurs et de l’environnement. » 

Les partenaires se sont réunis pour évaluer des méthodes scientifiques et des applications de données afin d’évaluer la santé du lac Winnipeg. La norme établie par l’Alliance for Water Stewardship (AWS) servira de base pour la collecte de données, l’analyse, la planification et la mise en place de mesures. Les paramètres utilisés pour déterminer les résultats sur plus de 34 000 acres de terrain peuvent comprendre la qualité de l’eau et sa quantité, le taux de dioxyde de carbone, la productivité des cultures, la biodiversité, la santé des sols ainsi que les facteurs sociaux et économiques. 

« Nous devons bien comprendre les enjeux environnementaux, communautaires et économiques des mesures en matière d’intendance de l’eau sur les exploitations agricoles pour trouver des solutions durables pour le bassin versant du lac Winnipeg », a déclaré Brandy Wilson, directrice mondiale du développement durable chez J.R. Simplot Company. « Nous sommes ravis de participer à ce projet, car nous pourrons concevoir et mettre en œuvre des plans d’intendance de l’eau en partenariat avec des cultivateurs et d’autres acteurs de la chaîne de valeur alimentaire et agricole, et constater ce que nous pouvons réaliser tous ensemble. » 

Les participants à la séance de planification et de stratégie visitent le réservoir Stephenfield. 
 

L’approche systémique de la norme AWS aidera à définir les paramètres pour évaluer selon un cadre rigoureux la ressource en eau et planifier la mise en œuvre du projet pilote. Ces pratiques combinées contribueront à créer des moyens d’améliorer la santé du lac Winnipeg à long terme tout en respectant sa valeur écologique et en préservant son rôle économique. En outre, la norme AWS devrait garantir la reproductibilité des pratiques développées dans le cadre du projet pilote et leur adaptabilité pour les exploitations agricoles voisines. 

Au cours des six prochains mois, les intervenants analyseront les pratiques existantes en matière d’eau et de terre, concevront des plans de gestion d’ensemble et évalueront les résultats et les bénéfices secondaires des mesures entreprises dans le cadre du projet. 

« La disponibilité de l’eau à d’immenses répercussions sur les collectivités, les agriculteurs et l’économie, et un enjeu comme la sécheresse de 2021 au Manitoba en est la preuve. Ce projet fournira aux intervenants sur le terrain des stratégies pressantes et indispensables d’adaptation à ces changements », a déclaré le Dr Steve Rosenzweig, chercheur en sciences agricoles chez General Mills. 

Légende : Mécanisme de pompage de l’un des réservoirs de Corduroy Plains. 

Des experts et des chercheurs de premier plan, comme le Dr Wanhong Yang de l’Université de Guelph, Joey Simoes de l’Institut international du développement durable, Duncan Morrison de l’Association des forêts et des prairies du Manitoba, Steven Frey d’Aquanty, Ed Pinero d’EcoMetrics et Pascal Badiou de l’Institut de recherche sur les terres humides et la sauvagine à Canards Illimités Canada (CIC) se sont réunis avec les partenaires pour déterminer les paramètres du projet pilote et choisir les éléments technologiques. 

« Ce projet pilote bénéficiera du large éventail d’idées et de technologies proposées. Grâce à des collaborations et des partenariats comme ceux-ci, nous serons en mesure de fournir rapidement aux agriculteurs des solutions innovantes en matière d’intendance de l’eau. L’apport de ces experts de l’utilisation des terres et de la gestion de l’eau est essentiel à la réussite du projet pilote. », a affirmé Katja Rochacewich, responsable de l’intendance chez BASF. 

Partenaires du projet

 

 

 

 

 

 

2022, une année record pour les participants d’ALUS Montérégie

2022, une année record pour les participants d’ALUS Montérégie

MONTÉRÉGIE, LE 15 DÉCEMBRE 2022 – Le 14 décembre dernier, la Fédération de l’UPA de la Montérégie et ALUS Canada ont souligné les efforts d’agricultrices et d’agriculteurs qui se sont engagés, pour une période de 5 ans, à améliorer l’environnement en participant au...