Salle de presse

Une pensée pour les prochaines générations - ALUS Canada

Comment ALUS aide le fermier Olivier Martin à prendre un engagement sérieux envers la gouvernance

Olivier Martin
Le premier projet ALUS d’Oliver Martin, participant au programme d’ALUS Montérégie, consistait à améliorer l’habitat faunique de l’étang près de sa maison.

Le participant d’ALUS Montérégie, Olivier Martin, cultive ses champs et élève 30 000 porcs chaque année sur la Ferme Gestion Petit Manoir, une exploitation de plus de 800 hectares (2 000 acres) à Saint-Mathias-sur-Richelieu.

Bien connu pour son engagement ferme envers la culture de protection et les engrais verts, il a semé pour le moment un mélange de moutarde, de trèfle et d’ivraies sur ses terres cultivables. Il gère aussi des projets ALUS importants qui visent à produire des services écologiques au bénéfice de l’environnement et de la collectivité.

« Il est important de prendre soin de la terre pour les générations à venir », affirme Olivier Martin. « En tant que fermier, je suis heureux de sacrifier un peu de bénéfice si cela signifie que je peux veiller à la pérennité de la terre et de l’eau pour que mes filles puissent en profiter plus tard. »

L’équipe de coordination du programme ALUS Montérégie l’a aidé à accomplir cette tâche.

Deux des projets d’ALUS sont situés sur les rives de la rivière des Hurons, une rivière importante sur le bassin versant qui porte le même nom. Cinq espèces en danger de poissons y vivent, dont le chevalier cuivré (Moxostoma hubbsi), une espèce unique au monde.

« C’était très important d’arrêter l’érosion des rives sous la glace chaque printemps », affirme M. Martin.

Entre autres, sur un de ces sites, ALUS a aidé Olivier Martin à réaliser un travail important pour contribuer à freiner l’érosion des rives, dont y des travaux d’ingénierie physique autour de la conduite d’évacuation du terrain.

Rivière des Hurons
Le programme ALUS a réalisé un travail colossal pour contribuer à freiner l’érosion sur les berges près de la ferme d’Olivier Martin, dont des travaux d’ingénierie physique autour de la conduite d’évacuation du terrain et l’installation d’une haie brise-vent riveraine le long de la rivière des Hurons.

ALUS a aussi planté une haie brise-vent riveraine double d’une longueur de 180 mètres et d’une largeur de 8 mètres, qui comprend de l’épinette blanche, du mélèze, du chêne rouge et de l’érable à sucre plantés tous les 6 mètres avec des cornouillers, des roses, des baies de sureau, des reines-des-prés, des aronies, et du chèvrefeuille plantés entre les arbres ainsi qu’un pré fleuri pour les pollinisateurs.

En amont de la rivière, M. Martin a un autre projet ALUS sur un terrain de 0.8 hectares (deux acres) qui ne peut plus être cultivé en raison de problèmes liés à des droits de passage. Il a choisi de reboiser le secteur avec ALUS en plantant 75 arbres indigènes de neuf espèces différentes et 150 arbustes indigènes entre ces arbres.

Pour entretenir le tout, il suffit de garder le gazon à un niveau bas jusqu’à ce que les arbres et les arbustes soient bien enracinés le long de la rive.

Olivier Martin et ALUS Yasmina
Yasmina Larbi-Youcef, coordinatrice du programme ALUS Montérégie, a collaboré avec Olivier Martin pour instaurer et entretenir les projets ALUS sur sa ferme de plus de 800 hectares (2 000 acres) à Saint-Mathias-sur-Richelieu.

Un autre des projets ALUS d’Olivier Martin est l’amélioration considérable des habitats fauniques d’un étang situé près de sa maison. ALUS l’a aidé à instaurer une zone tampon autour de l’étang et à y planter des arbres et des arbustes fruitiers qu’il entretient.

Avec l’aide d’ALUS, il a aussi amélioré la qualité de l’habitat faunique de cette zone riveraine en y installant des nichoirs à merles bleus et à hirondelles et deux sites de nidification sablonneux pour les tortues serpentines habitant l’étang.

M. Martin a remarqué qu’une des tortues semble préférer le site de nidification le plus éloigné de la route. « Elle devient énorme! », s’exclame-t-il.

Pour lui, c’est un très bon signe. C’est un signe également qu’il doit continuer à veiller à ce que ses terres fournissent un habitat adéquat aux tortues, aux poissons, aux grenouilles, aux pollinisateurs, aux oiseaux et aux autres espèces sauvages.

Il est conscient aussi que sa famille et les communautés en amont pourront en profiter en ayant de l’eau montérégienne d’une bonne qualité.

Pour plus d’informations sur ALUS Montérégie, visitez leur page web ici. 

martin-pollinisateurs
Parmi les arbres et les arbustes, ALUS a planté un pré fleuri pour favoriser l’habitat des pollinisateurs, tandis qu’à côté, le champ semé de trèfles, de moutarde et d’ivraies est tout aussi attirant.

This post is also available in: English (Anglais)

Rester en contact