Salle de presse

Un nouveau dialogue - ALUS Canada

Dans la foulée de l’annonce d’un nouveau partenariat, le coordonnateur du programme ALUS Î.-P.-É., Shawn Hill, accompagne l’équipe ALUS CANADA dans visite de l’Île.

L’équipe ALUS Canada a visité des projets ALUS Î.-P.-É.
C’est avec le plus grand enthousiasme que l’équipe ALUS Canada a visité quelques-uns des projets ALUS Î.-P.-É. en septembre 2018. De g. à dr. : Bryan Gilvesy, directeur général d’ALUS Canada; Cathy Gilvesy; Casey Whitelock, directrice de la division de l’Est; Katherine Balpataky (à genoux), nouvelle directrice des partenariats d’entreprise; Michelle Primus, directrice des subventions et du financement; Becky Devaleriola (à genoux), coordonnatrice du programme ALUS Northern Sunrise; Howie Bjorge, agronome ALUS Canada; Shawn Hill, coordonnateur du programme ALUS Î.-P.-É; Paige Englot, directrice de la division des Prairies; Christine Campbell, directrice de la division de l’Ouest; Colleen Cuvelier, coordonnatrice du programme ALUS Little Saskatchewan River; et Kalvin Melnyk. N’apparaissent pas sur la photo : Bridget Wayland, directrice des communications, Lara Ellis, directrice des initiatives stratégiques et Lynn Bishop, directrice des opérations.

En septembre 2018, c’est avec le plus grand enthousiasme que l’équipe ALUS Canada a visité l’Île-du-Prince-Édouard, dans le cadre d’un accord historique visant à préserver les espèces menacées d’oiseaux des prairies dans la province.

Après la cérémonie (voir le récit ici), l’équipe nationale s’est retranchée à Charlottetown pour sa réunion annuelle de planification. Mieux encore, elle a participé à une tournée des projets ALUS situés près de la capitale, organisée par le coordonnateur du programme ALUS Î.-P.-É., Shawn Hill.

« Je suis heureux de travailler avec des agriculteurs qui se consacrent à la production de services écosystémiques, a déclaré M. Hill, et je suis fier de présenter leur travail à l’équipe ALUS Canada. »

Première escale de la tournée : la ferme de David et Brett Francis à Lady Fane, dans le centre-sud de l’Île-du-Prince-Édouard. L’équipe nationale y a visité l’un des premiers projets ALUS à l’Île-du-Prince-Édouard, dont la création remonte au début du programme, en 2008.

Ce qui, en 1844, était une ferme de 44 acres – avant la Confédération canadienne – est aujourd’hui une ferme de 1 500 acres où la septième génération des Francis cultive des pommes de terre pour les semences et les croustilles, et élève en pâturage 100 paires de bovins de boucherie de races Angus et Charolais.

David Francis a montré à l’équipe ALUS un champ dans lequel toutes les sections fortement inclinées ont été soustraites à la culture, tandis que les sections cultivées intègrent maintenant des éléments de conservation des sols comme des terrasses et des bermes, ainsi qu’une ceinture herbagée permanente qui s’étend bien au-delà de la zone tampon obligatoire.

« Nous avons constaté une amélioration constante depuis la mise en place ces structures de conservation des sols. C’est la seule façon de pratiquer l’agriculture dorénavant », a déclaré David.

L’équipe ALUS Canada a également observé des systèmes d’abreuvement du bétail d’un type différent aménagés dans un pâturage adéquatement clôturé, un projet ALUS que la famille Francis entretient soigneusement afin de protéger les berges, réduire l’érosion des sols et contribuer à la production d’eau plus propre pour l’ensemble de la collectivité.

David Francis, Shawn Hill
« Nous avons constaté une amélioration constante depuis la mise en place ces structures de conservation des sols. C’est la seule façon de pratiquer l’agriculture dorénavant », a déclaré David Francis (à g.), participant ALUS, qui a collaboré avec le coordonnateur du programme ALUS Î.-P.-É., Shawn Hill, pour inscrire un grand nombre d’acres au programme ALUS.

« Autant que je sache, ALUS est l’un des meilleurs programmes en agriculture », a poursuivi David. « Le fait que les coûts de gouvernance sont partagés entre les agriculteurs et le public est un très bon système. Lorsque nous recevons notre paiement annuel par l’entremise d’ALUS, c’est un peu comme si le public nous disait qu’il apprécie le travail que nous faisons. »

L’équipe ALUS a ensuite rendu visite à Mike et Evelyn Lafortune à la Dexter Cattle Company située à North Milton, juste à l’extérieur de Charlottetown. Mike et Evelyn sont les seuls producteurs de bœuf certifié biologique sur l’Île, avec un troupeau de 100 Dexter, une race bovine de petite taille (95 cm au garrot) et au tempérament docile.

Les Lafortune participent au programme ALUS depuis 2017. Ils ont déjà installé des centaines de mètres de clôture qui, tout en étant restreignante pour les bovins, est respectueuse de la faune, et ont doté les enclos de systèmes d’abreuvement d’un type différent, dans le but de protéger les ruisseaux qui coulent sur leurs terres et contribuer à produire de l’eau plus propre pour la collectivité.

Cette année, ils ont également consacré 30 acres à la nouvelle initiative ALUS qui consiste à encourager les agriculteurs à retarder la première coupe de foin jusqu’après le 15 juillet, c’est-à-dire lorsque les jeunes oiseaux des prairies – dont le goglu des prés, classé comme espèce menacée et protégé en vertu de la Loi sur les espèces en péril fédérale – ont quitté le nid.

Participant ALUS Mike Lafortune (Dexter Cattle Company)
Les participants ALUS, Mike et Evelyn Lafortune, exploitent la Dexter Cattle Company située à North Milton (Île-du-Prince-Édouard). Depuis 2017, ils installent des centaines de mètres de clôture à la fois restreignante pour les bovins et respectueuse de la faune, et dotent les enclos de systèmes d’abreuvement d’un type différent. Ils participent maintenant à l’initiative de coupe de foin retardée.

 

 

« Nous envisageons chaque chose selon une approche globale. Quelle sera l’incidence sur la biodiversité? Quel sera l’impact sur l’eau? Cela pose-t-il un problème potentiel pour les enfants qui jouent sur cette parcelle de terre? précise Mike. La protection du goglu des prés s’inscrit dans toute cette chaîne logique. »

Bien qu’ALUS Canada et le programme ALUS Î.-P.-É. font partenariat depuis plus de dix ans pour aider les agriculteurs canadiens à fournir des services de soutien des écosystèmes, l’initiative  de coupe de foin retardée est la première activité du programme ALUS Î.-P.-É. en partie financée par ALUS Canada.

« ALUS a ouvert un nouveau dialogue pour le secteur agricole », a déclaré le ministre de l’Agriculture et des Pêches, Robert Henderson, qui s’est joint à l’équipe ALUS Canada lors de la première escale de sa tournée. « Depuis dix ans, une révolution est en cours dans l’agriculture à l’Île-du-Prince-Édouard. Les gens utilisent des méthodes de conservation et plantent des cultures de couverture; il y a une grande prise de conscience. »

Initialement mis en œuvre en 2008, ALUS Î.-P.-E. est co-administré par le ministère de l’Agriculture et des Pêches de l’Î.-P.-É. et par le ministère Communautés, des Terres et de l’Environnement de l’Î.-P.-É. En 2018, ALUS Î.-P.-É. compte plus de 400 clients et projets couvrant une superficie de 8 650 acres.

Pour les membres de l’équipe ALUS Canada présents à l’Île-du-Prince-Édouard — notamment, du Sud-Ouest de l’Ontario, Bryan Gilvesy, directeur général d’ALUS Canada, et Casey Whitelock, directrice de la division de l’Est; de la Saskatchewan, Paige Englot, directrice de la division des Prairies; de l’Alberta, Howie Bjorge, agronome d’ALUS Canada, et Christine Campbell, directrice de la division de l’Ouest; du Québec, Bridget Wayland, directrice des communications; et de Toronto, Michelle Primus, directrice des subventions et du financement, Lynn Bishop, directrice des opérations, Lara Ellis, directrice des initiatives stratégiques et Katherine Balpataky, nouvelle directrice des partenariats d’entreprise — cette visite de l’Î.-P.-É. est venue renforcer le fait que peu importe le lieu où l’on vit, ALUS est un terrain d’entente pour l’amélioration réussie de l’environnement du paysage exploité du Canada.

« ALUS a ouvert un nouveau dialogue pour le secteur agricole »
« ALUS a ouvert un nouveau dialogue pour le secteur agricole », a déclaré le ministre de l’Agriculture et des Pêches, Robert Henderson, qui s’est joint à l’équipe ALUS Canada lors de sa tournée des projets à l’Île-du-Prince-Édouard. « Depuis dix ans, une révolution est en cours dans l’agriculture à l’Île-du-Prince-Édouard : les gens utilisent des méthodes de conservation et plantent des cultures de couverture; il y a une grande prise de conscience. »
Remerciements
ALUS Canada tient à remercier le coordonnateur du programme ALUS Î.-P.-É.,  Shawn Hill, pour son hospitalité exceptionnelle.
Nos sincères remerciements vont également à Robert Henderson, ministre de l’Agriculture et des Pêches de l’Î.-P.-É., à Richard Brown, ministre des Communautés, des Terres et de l’Environnement de l’Î.-P.-É., et aux participants ALUS Î.-P.-É., David et Brett Francis, de la ferme Lady Fane Charolais. et Mike et Evelyn Lafortune, de la Dexter Cattle Company.

 

Rester en contact