Salle de presse

Réaliser de grands progrès - ALUS

Le programme ALUS du comté de Lacombe a tenu sa toute première visite publique en juillet 2018

ALUS dans le comté de Lacombe
Tout le monde a eu beaucoup de plaisir lors de la visite avec ALUS dans le comté de Lacombe, célébrant la première année de ce programme. (Photo: Kim Barkwell)

ALUS réalise de grands progrès dans le comté de Lacombe. Le programme ALUS du comté de Lacombe a vu le jour en janvier 2017, mais la toute première visite guidée publique des projets d’ALUS dans la communauté a eu lieu le 4 juillet 2018.

Au cours de la première année d’exploitation d’ALUS dans le comté de Lacombe en 2017, quatre agriculteurs et éleveurs ont participé et ensemble ils ont inscrit 97 acres au programme. La visite de 2018 a permis de présenter trois de ces sites de projets d’ALUS situés dans les superbes plaines du centre de l’Alberta.

Jalene Makus, coordinatrice de projets, a accueilli un groupe de 52 personnes pour une visite d’une journée des projets d’ALUS afin de montrer les priorités du programme ALUS dans le comté de Lacombe : la conservation et l’amélioration des cours d’eau, des terres humides et des zones boisées afin d’améliorer la qualité de l’eau dans les lacs de la région.

« L’objectif de cet événement est de montrer au public ce que nous faisons dans le comté de Lacombe et intéresser plus de personnes à participer. Je pense que le fait de présenter les projets d’ALUS sur le terrain pousse les gens à présenter leurs propres projets », explique Jalene Makus.

La plupart des personnes présentent étaient des propriétaires terriens locaux qui se sont joints à la visite avec d’autres coordonnateurs d’autres programmes ALUS en Alberta, comme Kim Barkwell d’ALUS Wetaskiwin-Leduc, ainsi que des membres du comité consultatif du partenariat ALUS du comté de Lacombe, des conseillers et du personnel du comté de Lacombe, la Red Deer River Watershed Alliance et des représentants d’autres communautés qui s’intéressent à ALUS, comme Rocky View County.

Le groupe a d’abord visité Roger Marcil, participant ALUS. Il a agrandi la ferme de ses parents en 1982 et profite maintenant d’une semi-retraite en cultivant 480 acres de terres, les Marcil Farms.

Roger Marcil
Roger Marcil, participant au programme ALUS du comté de Lacombe, décrit son projet de protection des milieux humides et les nichoirs pour canards qu’il a aménagés pour améliorer l’habitat des sauvagines.

Pour leur premier projet, les Marcil ont inscrit huit acres situés près d’un milieu humide. Ils ont converti six de ces acres de terres cultivées en champs de foin vivace et planté 200 arbres indigènes (peuplier, épinette et cornouiller stolonifère) dans les deux acres restants.

En une seule année, ces projets ALUS ont permis de réduire la sédimentation du milieu humide et de produire de l’eau et de l’air plus propres et un excellent habitat faunique.

« Roger reconnaît l’importance de la faune dans le paysage », a souligné Jalene Makus. Pendant la visite, Roger a sorti un poulailler du milieu humide pour démontrer sa construction et son entretien au groupe.

Ensuite, le groupe a visité Ted et Betty Everenden à Bentley, en Alberta, qui entretiennent un projet ALUS de huit acres afin de lutter contre l’érosion du sol.

« Avant d’avoir mis en œuvre ce projet d’ALUS, il y avait beaucoup de sol ayant presque rempli le ponceau pendant l’écoulement printanier. Nous avons vu notre sol à une intersection d’autoroute à un kilomètre d’ici.

Nous avons ensemencé cette zone de cultures fourragères pérennes afin de lutter contre l’érosion du sol et un an plus tard, l’écoulement a cessé et il n’y a plus de déplacement visible du sol », explique Betty Everenden, participante au programme ALUS du comté de Lacombe.

Betty Everenden
« Nous avons ensemencé cette zone de cultures fourragères pérennes afin de lutter contre l’érosion du sol et un an plus tard, l’écoulement a cessé et il n’y a plus de déplacement visible du sol », explique Betty Everenden, participante au programme ALUS du comté de Lacombe.

Pour conclure la visite, le groupe a rendu visite à Rob Williams, un des tout premiers participants au programme ALUS du comté de Lacombe, qui a présenté un projet ALUS incroyable appelé zone tampon écologique.

Cette bande de 1 200 mètres de longueur comprend 6 500 semis de rosiers aciculaires, de framboises, de saules de Wolf, de cornouillers stolonifères, de bouleaux blancs et d’autres espèces qui ont été plantées en coopération avec l’AgroForestry and Woodlot Extension Society (AWES).

Une fois mature, la zone tampon écologique fournira un habitat à la faune et un brise-vent sur le périmètre de la ferme.

Rob Williams accorde de l’importance à la faune et à l’eau dans le paysage.

« J’ai habité au Texas pendant 25 ans et là-bas, il fallait absolument garder l’eau SUR le terrain. Ici en Alberta, les gens essaient de déplacer l’eau HORS de leur terrain aussi vite que possible. J’aime bien le Texas, mais je ne veux pas que le Canada devienne aussi sec », précise-t-il.

 la zone tampon écologique
Une fois mature, la zone tampon écologique de 1 200 mètres fournira un habitat à la faune et un brise-vent sur le périmètre de la ferme de Rob Williams, participant au programme ALUS du comté de Lacombe. Elle comprend 6 500 semis de rosiers aciculaires, de framboises, de saules de Wolf, de cornouillers stolonifères et de bouleaux blancs. (Photo : Kim Barkwell)

Tout le monde a eu beaucoup de plaisir lors de la visite avec ALUS Lacombe, célébrant la première année de ce programme.

« Cette année a été vraiment géniale pour nous. Nous sommes fiers de montrer à tout le monde les projets que nous avons mis en œuvre en 2017 et nous avons hâte de poursuivre la croissance de ce programme. Chacun de ces projets ALUS aura une incidence considérable sur l’environnement, autant pour le comté qu’ailleurs », explique Jalene Makus.

Rester en contact