Salle de presse

Avoir la faune à cœur - ALUS

Kathryn et Michael Boothby, participants au programme ALUS Norfolk, se sont donné pour mission de créer des habitats fauniques qui profitent au monde naturel qui les entoure.

Les participants au programme ALUS Norfolk, Kathryn et Michael Boothby, intègrent des corridors fauniques, des mesures de lutte contre l’érosion, un habitat de pollinisateurs, des structures de nidification de la faune et de nombreux autres éléments propices à la protection des espèces à la ferme Fairnorth, une exploitation de 51 acres spécialisée dans les cultures commerciales, à Langton, en Ontario.

Kathryn et Michael Boothby, participants au programme ALUS Norfolk,
Kathryn et Michael Boothby, participants au programme ALUS Norfolk, intègrent des corridors fauniques, intègrent des corridors fauniques, des mesures de lutte contre l’érosion, un habitat de pollinisateurs, des structures de nidification de la faune et de nombreux autres éléments propices à la protection des espèces à la ferme Fairnorth, une exploitation de 51 acres spécialisée dans les cultures commerciales, à Langton, en Ontario.

« Un des grands plaisirs que me procure ma participation au programme ALUS, c’est de faire partie d’une communauté qui partage ma vision », déclare Kathryn. « J’aime beaucoup apprendre des autres, partager des expériences et des défis. »

Depuis qu’ils se sont associés à ALUS en 2012, les Boothby ont inscrit près de huit acres au programme. Ils mènent 18 projets ALUS distincts, dont des terres humides, des prairies et des terres reboisées qui produisent des services écosystémiques comme de l’air plus pur, de l’eau plus propre et une plus grande biodiversité, pour le plus grand bien de toute la collectivité.

Un de leurs projets ALUS consiste en une zone humide creusée, qu’ils préservent aujourd’hui en tant qu’habitat pour de nombreuses espèces d’amphibiens, de reptiles et d’oiseaux.

zone humide creusée
Un des projets ALUS menés par les Boothby consiste en une zone humide creusée, qu’ils préservent maintenant en tant qu’habitat pour de nombreuses espèces d’amphibiens, de reptiles et d’oiseaux.

ALUS aide les Boothby à préserver une zone tampon d’herbes de prairie indigènes qui s’étend entre un ravin et un champ agricole. Cette zone tampon contribue à stopper l’érosion des parois du ravin et à réduire la quantité de sédiments et de nutriments qui pénètrent dans le cours d’eau, tout en offrant un habitat aux oiseaux indigènes et aux pollinisateurs.

Passionnée de jardinage, Kathryn a réussi à accroître le nombre et la variété des plantes qu’elle cultive dans une zone de sa ferme réservée à cette fin. Elle aime commencer la pousse à partir de la graine et effectuer des recherches pour trouver les meilleures plantes hôtes pour les papillons.

Jardin de démonstration de la prairie indigène
Situé le long de la route, à l’avant de la propriété, ce jardin des plus impressionnants met en valeur les magnifiques espèces d’herbes de prairie et de leurs sauvages utilisées dans le rétablissement de prairies de hautes herbes indigènes. Le jardin est planté de panneaux ALUS permettant l’identification des plantes.

« Kathryn a été l’un des premiers participants ALUS à aménager notre jardin de démonstration de la prairie indigène », souligne Stephanie Drayer, coordonnatrice du programme ALUS Norfolk. Situé le long de la route, à l’avant de la propriété, ce jardin des plus impressionnants met en valeur les magnifiques espèces d’herbes de prairie et de fleurs sauvages utilisées dans le rétablissement de prairies de hautes herbes indigènes. Le jardin est planté de panneaux ALUS permettant l’identification des plantes.

« Quand les gens nous demandent pourquoi nous ne coupons pas nos “mauvaises herbes”, j’y vois une excellente occasion de parler de nos efforts de conservation et des avantages que procurent les plantes indigènes et les corridors fauniques, dit Kathryn. Le jardin de démonstration ALUS Norfolk est une occasion d’apprentissage de plus pour les visiteurs. »

Kathryn participe activement aux activités organisées par Carolinian Canada et elle a siégé aux conseils d’administration de plusieurs groupes locaux de protection de la nature, dont les Otter Valley Naturalists et la Long Point Basin Land Trust, une fiducie foncière. En fait, bon nombre des projets des Boothby ont commencé avec l’aide d’autres groupes, comme l’Office de protection de la nature de la région de Long Point, l’Ontario Power Generation, le conseil de gouvernance de Norfolk, la Long Point Basin Land Trust et l’Association pour l’amélioration des sols et des récoltes de l’Ontario.

zone tampon d’herbes de prairie indigènes
ALUS Norfolk aide les Boothby à préserver une zone tampon d’herbes de prairie indigènes, qui s’étend entre un ravin et un champ agricole. Cette zone tampon contribue à stopper l’érosion des parois du ravin et à réduire la quantité de sédiments et de nutriments qui pénètrent dans le cours d’eau, tout en offrant un habitat aux oiseaux indigènes et aux pollinisateurs.

Avant même de se joindre à ALUS, les Boothby ont pendant longtemps travaillé d’arrache-pied pour transformer leur propriété en un terrain accueillant pour la faune.

« Lorsque nous nous sommes installés ici, en 2005, notre premier projet a été de retirer trois tonnes et demie de déchets du ravin et du ruisseau, et de lutter contre l’importante érosion qui s’y produisait, se souvient Kathryn. En un rien de temps, les épis des graminées nouvellement plantées ont commencé à attirer diverses espèces d’oiseaux. Pour nous, ce n’était qu’un début. »

Ils ont ensuite travaillé à l’épanouissement des populations d’oiseaux comme le pic à ventre roux et le grand pic, en gérant leur boisé de façon appropriée et en l’enrichissant de plus de 10 000 arbres. Les Boothby ont même fait fermer un des conduits d’évacuation située sur leurs terres afin de créer une zone marécageuse offrant un meilleur habitat pour les amphibiens et les plantes dont les racines nécessitent un sol détrempé.

Ils ont également aménagé, par l’entremise d’ALUS, deux douzaines de nichoirs pour le merlebleu de l’Est et l’hirondelle bicolore, ainsi qu’une structure de nidification pour les couleuvres, qui est maintenant utilisée par la couleuvre à nez plat et d’autres espèces de couleuvres en péril.

« Notre colonie d’hirondelles noires abrite maintenant 25 couples reproducteurs; elle a produit plus de 300 jeunes à l’envol en seulement sept ans », rapporte Kathryn.

Les Boothby ont planté des centaines d’arbustes et de fleurs dans une prairie qui aujourd’hui bourdonne de pollinisateurs et de libellules, de goglus et de sturnelles des prés et de plus de 60 espèces différentes de papillons dont la fritillaire panachée, le bronzé d’Amérique et le rare Parrhasius m-album. Même le blaireau nord-américain, une espèce menacée à l’échelle fédérale et provinciale, a été recensé à la ferme Fairnorth.

Manifestement, Kathryn et Michael Boothby, participants au programme ALUS Norfolk, se sont vraiment donné pour mission de créer des habitats fauniques qui profitent au monde naturel qui les entoure. Et ALUS n’est que trop heureux de les aider.

Hirondelle bicolore perchée sur nichoir
Une hirondelle bicolore est perchée sur l’un des 24 nichoirs aménagés par l’entremise d’ALUS à la ferme Fairnorth. Il s’agit de l’un des nombreux types de structures d’habitat faunique aménagées par Kathryn et Michael Boothby, participants au programme ALUS Norfolk.

Rester en contact